Portraits croisés - Francesca Solleville - Allain Leprest

Parmi les artistes que compte la musique française, Francesca Solleville et Allain Leprest sont certainement des plus remarquables. Ils se dressent dans le paysage de la chanson comme des « monstres » sacrés portant le flambeau de la Liberté, et des mots.

Pour chacun, on voit incarnée l’aspiration à un idéal : humaniste, humain, fraternel. Francesca Solleville est née en 1932 à Périgueux en Dordogne. Pierre, son père, est français et Lidia, sa mère, fille d’anarchistes, est italienne. Habitée par la scène et par l’insolence de sa pensée, Francesca chante avec une voix un peu rauque une poésie volontaire et engagée, mais aussi une poésie qui s’estompe, fatiguée, traîne ses ailes dans la fumée du petit matin...

Allain Leprest est né en 1954 à Lestre en Normandie. Être poète n’est pas l’ambition d’Allain Leprest, c’est sa manière d’être seul et de se souvenir que le jour meurt, que le couchant est beau, et belle la nuit qui demeure. Allain Leprest pourrait dire comme Fernando Pessoa : « Quel grand repos de n’avoir même pas de quoi avoir à se reposer ! » Comme un oiseau dans une cage, il arrive qu’Allain Leprest ait mal aux ailes. Alors, il va, marche d'un pas et d'un sourcil graves. Il va voir ses amis. C’est une deuxième vie.

Quand un jour, les chemins d’Allain et Francesca se croisent, à Antraigues, en Ardèche, sur la musique de Gérard Pierron, en 1994.

De cette rencontre naît un album entier : Al dente...

© Véronique Sauger / Les Points sur les i

14,90 €
Préface de Gérard Pierron

 

Détails sur Portraits croisés - Francesca Solleville - Allain Leprest


Auteur : Véronique Sauger
Date de parution : 2011-01-09
Format : 148X210 / 160 pages
ISBN : 978-2-35930-035-2
Voir le communiqué de presse

Rupture définitive

Egalement dans Hors collection...


La France a vocation à accueillir

Tout écrivain, tout artiste, est engagé, et depuis quelques années j’aime à rappeler cette réalité tout simple à savoir que les poètes écrivent « de leur vivant ».

Paul Vaillant Couturier
Soixante-dix ans après sa mort nous devrions mesurer davantage, notamment dans le domaine culturel ...
Elle aurait préféré être un garçon

Collectif d’auteurs

« Tant qu’il y aura des mots. »

« Son père et sa mère lui disaient seulement à chaque fois : «tourne sept fois ta langue dans ta bouche et tu verras que tu connais la réponse !».

Tous les livres de Hors collection

Nous vous conseillons également...


Panser ou repenser la culture
« Panser » ou repenser la culture Lexique à l'usage de ceux qui refusent la culture transgé...
Du Nil au Canal de l'Ourcq
De son enfance ensoleillée dans les rues du Caire à l'hiver rigoureux de Genève. Du confortable...
Panique à la banque - La chute de la maison Lehman
12 septembre 2008, nous sommes à la veille d’un des plus graves cataclysmes financiers de l’histoire moderne.
var gaJsHost = (("https:" == document.location.protocol) ? "https://ssl." : "http://www."); document.write(unescape("%3Cscript src='" + gaJsHost + "google-analytics.com/ga.js' type='text/javascript'%3E%3C/script%3E"));