Pour une culture citoyenne

Pour une culture citoyenne
Militant, élu, responsable d'action culturelle, l'auteur situe son essai pamphlétaire au centre du débat sur le terrain culturel, objet d'enjeux décisifs. Il en appelle à une redéfinition de la notion même de culture, "ce combustible qui pousse au désir de citoyenneté".V « Il est rare qu'un livre paraisse nécessaire, c'est-à-dire plus importan t encore que l'intérêt immédiat qu'il suscite. Je souhaite à celui-ci, qui, s'impose de cette façon, de retenir beaucoup de regards…
Je souhaite que ce livre circule car, car il va vivement dans le sens de la nécessité »
Bernard Noël

|

 

Détails sur Pour une culture citoyenne


Auteur : Jean-Michel Leterrier
Date de parution : 2005-01-01
Format : 148X210 / 108 pages
ISBN : 978-2-915640-29-7

En stock
Prix : 12 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Mise au point - (Essais)...


Petit précis de l'islamophobie ordinaire
Education et vivre ensemble

Nous vivons une fin de civilisation, une crise du vivre ensemble et du comportement. Dix intellectuels se penchent sur la question de l’éducation et de l’interculturel...

8 Mars - Cent ans de luttes... Et même un peu plus !
La journée de la Femme célébrée le 8 mars a été initiée lors d’une réunion de l’Internationale socialiste en 1910, plus exactement lors de la Conférence des femmes qui avait lieu tous les deux ans en marge du congrès de l’Internationale socialiste depuis la fin du XIXème siècle.
Tous les livres de Collection - Mise au point - (Essais)

Nous vous conseillons également...


Panser ou repenser la culture
« Panser » ou repenser la culture Lexique à l'usage de ceux qui refusent la culture transgé...
Califat de Da'ech ou l'état de la Barbarie (Le)

Haytham Manna

Président de l’Institut scandinave des droits de l’homme, opposant syrien notoire en exil en France depuis 35 ans, il s’est toujours opposé avec force à toute intervention étrangère dans son pays et prône un règlement politique de la situation en Syrie.

Dernière conversation

Sylvie est morte le 23 avril, en fin d’après-midi, au premier étage du pavillon Moïana, le pavillon des cancéreux que l’administration de l’hôpital Saint-Antoine a caché tout au fond de l’établissement, loin des regards des visiteurs.