Ce que je crois

Ses photos furent interdites, les voilà obligatoires. Elles trônent, officielles, alors que ceux qui les distribuaient risquaient la prison.

Aoun est revenu ! Il ne s’agit plus de lettres griffonnées à la va-vite sur les murs d'un pays d'où il fut exilé. Le voici Président, de retour au même palais d'où on le forçat à partir il y a 26 ans. Il avait perdu une bataille, aujourd’hui il gagne la guerre... de la Vérité ; de surcroît couronnée par la victoire contre le terrorisme libérant le territoire libanais de la présence armée des fondamentalistes.

Michel Aoun est Président de la République libanaise depuis le 31 octobre 2016. Commandant en chef de l’Armée libanaise de 1984 à 1990 et fondateur du Courant Patriotique Libre (CPL), il a ses admirateurs et ses détracteurs, autant sur la scène internationale que dans son propre pays. Pourtant, peu connaissent, au-delà de la figure politique, l’homme.

 

Détails sur Ce que je crois


Auteur : Michel Aoun
Date de parution : 2017-09-25
Format : 12X20 / 132 pages
ISBN : 9782359302349

En stock
Prix : 15 €

Ajouter au panier

Egalement dans Hors collection...


Mourir dans son jardin
Neuropsychiatre, psychanalyste, mais aussi anthropologue, le Docteur GUILHOT s'est efforcé dans s...
Paul Vaillant Couturier
Soixante-dix ans après sa mort nous devrions mesurer davantage, notamment dans le domaine culturel ...
Chômologie portative, dictionnaire du cynisme social
Aucune personne sensée, en ce début du XXIe siècle, n'osera nier que le cynisme a remplacé l
Tous les livres de Hors collection

Nous vous conseillons également...


On ne dit pas... Mais qu'est-ce qu'on dit alors ?

Mais qu’est-ce que le politiquement correct ? Un ensemble d’expressions bourrées de périphrases sensées adoucir les expressions qui pourraient choquer le tout-venant mais surtout une immense hypocrisie appelant à la langue de bois et à la violence cachée sous la mollesse des mots.

Lignes d'univers

Au travers d’un questionnement renouvelé sur ce que signifie la ville aujourd’hui, le dialogue d’une philosophe et d’un physicien met en lumière des correspondances entre trajectoires et récits, science et fiction.

J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.