Mission Jihad

2015 a été incontestablement l'Annus horribilis pour la France, qui a payé un lourd tribut au terrorisme : 148 morts et des centaines de blessés ! La tragédie du vendredi 13 novembre, qui a frappé tous les Français sans distinction d'origine, de religion ou de couleur, a bouleversé l'équilibre social très précaire depuis les attentats parisiens de janvier 2015. Le 22 mars 2016, c'est le cœur de l'Europe qui est frappé par l'horreur à Bruxelles avec la mort de 28 personnes et plus de 300 blessés...


Tous ces attentats ont constitué un coup de semonce à notre vivre-ensemble et on est enclin à penser que rien ne sera plus jamais comme avant. Panser les plaies prendra du temps pour toutes ces familles et les millions de personnes ébranlées par la Bête humaine ; penser l'avenir exigera un travail de longue haleine qui s'impose aujourd'hui plus qu'hier.


Une triste banalité est à rappeler : les musulmans sont de loin les premières victimes de la barbarie terroriste de ces nébuleuses autoproclamées « islamiques » : Boko Haram, Daech, al-Qaïda et autres mouvements qui ont prospéré sur le lit de l'oppression et des dictatures parfois soutenues par nos démocraties occidentales ; qui ont fait leur nid sur le terrain du désarroi d'une jeunesse fauchée par la « dèche » économique et identitaire.

Il est urgent de désamorcer les logiques de guerre de religions et de choc des civilisations que les marchands de la terreur et autres prêcheurs de haine veulent nous vendre.

 

Détails sur Mission Jihad


Auteur : Kamel Méziti
Date de parution : 2016-06-29
Format : 130X190 / 260 pages
ISBN : 9782359301915

En stock
Prix : 16 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Mise au point - (Essais)...


Pourquoi j'ai cessé d'être islamiste
La France que nous voulons
Choeur de femmes
A travers le portrait de quatre femmes de « coeur » de courage et d'insoumission, c'est des ...
Tous les livres de Collection - Mise au point - (Essais)

Nous vous conseillons également...


La France que nous voulons
J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.

Le dernier jour d'un condamné à mort

L’histoire se passe dans les grandes prisons de Paris : Bicêtre, la Conciergerie et l’Hôtel de Ville. Elle dure cinq semaines,