L‘islam sera français, ou ne sera pas

À moins qu’il ne devienne français, l’islam en France est condamné, non pas à disparaître, mais à demeurer un problème. En posant ainsi le débat, ce livre ambitionne de soulever de vraies questions. Et d’y répondre ! Faut-il persister à vouloir représenter les musulmans ou simplement servir leur culte ? Pourquoi des citoyens, sous prétexte de leur appartenance réelle ou supposée à la tradition islamique, ne parviennent-ils pas à se sentirent membres à part entière de la communauté nationale ? La deuxième religion du pays est-elle condamnée à n’être envisagée qu’à travers les prismes ethnique, communautariste, électoraliste et policier ? Qu’on se le dise, la France a et aura l’islam et les musulmans qu’elle mérite. Et ces derniers ont et auront la France et l’islam qu’ils méritent.

Citoyen, croyant, et soucieux que sa religion cesse d’être un problème pour sa nation, l’auteur est convaincu que pour mettre de l’ordre dans ce désordre, il suffit de séparer les ordres. Une place pour chaque chose et chaque chose à sa place. Des mises au point simples et néanmoins réalistes qui jalonnent en permanence cette voie vers un islam définitivement français.

 

 

 

 

Détails sur L‘islam sera français, ou ne sera pas


Auteur : Farid Abdelkrim
Date de parution : 2015-11-15
Format : 130x190 / 128 pages
ISBN : 9782359301755
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 12 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Mise au point - (Essais)...


Révolte, amertume, rebond. Politique ou spectacle ?

Les élections du printemps 2012 marqueront, ou auront marqué, un moment charnière de l’histoire de notre pays, donc de celle de l’Europe. Et tout le monde le sent, qui se passionne pour les choix esquissés. Au-delà d’une poursuite de la gouvernance...

Les nouveaux défis de l'éducation

Sujet fréquemment traité, l’éducation cristallise les passions et concentre parfois des commentaires nostalgiques et défaitistes, si caractéristiques des périodes de crise. Ce discours résigné se décline généralement en trois registres

J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.

Tous les livres de Collection - Mise au point - (Essais)

Nous vous conseillons également...


Mourir dans son jardin
Neuropsychiatre, psychanalyste, mais aussi anthropologue, le Docteur GUILHOT s'est efforcé dans s...
Banlieues Vertes

Celles-ci étaient déjà des zones de relégation sociale, elles deviennent aussi des zones de relégation environnementale.La convergence des combats issus de la culture de l’écologie politique avec les luttes sociales y est donc à la fois pertinente...

La fille qui venait d’un pays disparu

Saskia Hellmund est née en 1974 en rda. Elle a 15 ans quand les manifestants envahissent les rues de Leipzig et de Berlin pour faire tomber le régime socialiste. Elle a 16 ans quand la réunification des deux Allemagnes est scellée. Alors, son pays natal n’existe plus, elle n’a plus de patrie.