La seule chose à briser, c'est le silence

couv la seule chose à briser c'est le silence .jpg654 000 femmes déclaraient avoir été victimes de violences physiques en 2009 soit plus de 20 000 qu’en 2008. C’est ce qui avait conduit le Gouvernement de l’époque à proclamer la lutte contre les violences faites aux femmes « grande cause nationale » en 2010.

La loi du 9 juillet 2010 institue donc le 25 novembre comme « journée nationale de sensibilisation aux violences faites aux femmes ». Malgré ses initiatives, la parole peine à se libérer. Les femmes mal informées, mal accompagnées ne portent que rarement plainte (seules 16% d'entre elles). En 2013, 129 femmes  étaient  tuées par leurs conjoints ou ex-compagnons et 33 enfants sont morts. Des chiffres qui font froid dans le dos.  

Derrière ces chiffres se cachent des histoires tragiques.

Une quinzaine d’auteurs ont donc relevé le défi d’ « humaniser » ces victimes en imaginant une fiction autour de ce thème difficile des violences faites aux femmes : Harcèlement moral, sexuel, viol, insultes, coups.

Fatima Ait Bounoua, Iman Bassalah, Chloé Juhel, Manon L'hostis, Marion McGuinness, Nadia Henni-Moulaï, Karima Peyronie, Rachid Santaki, Marlène Schiappa, Nadia Sweeny, Mabrouk Rachedi, Erwan Ruty, Djeffa Tisserand, Raphal Yem.

Les droits d'auteur seront reversés à l’association du "Côté des femmes".


|

 

Détails sur La seule chose à briser, c'est le silence


Auteur : Nadia Hathroubi-Safsaf
Date de parution : 2015-03-01
Format : 140X210 / 160 pages
ISBN : 978.2.35930.121.2
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 14.9 €

Ajouter au panier

Nous vous conseillons également...


Athènes en feu

L’histoire retiendra que le XXIe siècle aura été marqué par deux événements fondateurs : les attentats du 11-Septembre et la chute de Lehman Brothers.

 Athènes, 11 février 2015.

18 ans... Et après ?

Elles auront dix-huit ans  en  2012.

Elles  sont  au  seuil de leur vie d’adulte, et rien, dans nos sociétés occidentales, n’est fait pour en marquer le passage, si ce n’est quelques repères flous : l’âge de la majorité, le bac pour certaines, le droit de vote, le permis de conduire.

Alors parfois elles s’inventent seules des rites initiatiques : tatouages, piercings...

Manuel de survie physique et morale en temps de crise

"Par temps de merde, on commence par se boucher le nez…puis on marche sur la pointe des pieds". En faisant trésor du conseil avisé de sa grand-mère, l’auteur explore les grands thèmes de la vie quotidienne touchés par la crise en donnant ni des solutions miracles (chasse gardée du politique) ni de la prévoyance (réservées aux économistes) ni des leçons (domaine des technocrates).