Danger au pays de la Gauche normale

« Danger au pays de la gauche normale » est un cri d’alarme de deux soldats de la gauche.

Deux grognards volontiers irrévérencieux, qui enragent de l’impuissance consentie devant les forces de l’argent, du renoncement à la bataille des idées, de l’alignement en politique étrangère sur les États Unis, de la fragmentation du pays.

Deux militants inquiets de l’état de la gauche, engluée dans les coteries, menacée par la tentative de captation par le Front National de certaines de ses valeurs historiques.

L’un, Pierre Henry est un compagnon de route du Parti socialiste. Il dirige une importante ONG. Sa parole fait autorité en matière d’asile et d’immigration.  

L’autre, Jean-Luc Gonneau, ancien conseiller de Paris est militant du Front de gauche et anime aujourd’hui un site volontiers iconoclaste.

Au moment ou Manuel Valls, avec l’emphase sèche dont il est coutumier, annonce que la gauche peut mourir, leurs échanges sont salutaires.

|

 

Détails sur Danger au pays de la Gauche normale


Auteur : Pierre Henry - Jean-Luc Gonneau
Date de parution : 2014-11-05
Format : 140X210 / 120 pages
ISBN : 9782359301366
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 12 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Mise au point - (Essais)...


Education et vivre ensemble

Nous vivons une fin de civilisation, une crise du vivre ensemble et du comportement. Dix intellectuels se penchent sur la question de l'éducation et de l'interculturel.

J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.

Sous le béton, des racines

Dans les années 83-85 le racisme était à son comble : bavures policières, meurtres d’arabes et d’antillais, alliance RPR -FN à Dreux et vedettariat ( déjà !) de Le Pen.

Tous les livres de Collection - Mise au point - (Essais)

Nous vous conseillons également...


Petit précis de l'islamophobie ordinaire
J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.

Exploitées ? Le travail invisible des femmes

...Elles ont beau travailler, se former, assumer la double journée, elles sont souvent invisibles...