Les coulisses du village de l'espoir

Comme dans le précédent ouvrage de Liliane Gabel "Si l'exclusion m'était contée", celui-ci traite également de la gestion de l'exclusion, sur la base d'une nouvelle expérience passionnante au sein de l'équipe éducative d'un village pas comme les autres.
Le défi est loin d'être raisonnable : prouver l'efficacité rapide de cette structure pilote. Or, il faut du temps aux plus démunis comme à n'importe qui, pour se poser, pour se reconstruire, pour "renaître".
Mais le temps leur est compté.
Tout est compté : les aides financières, les lois…
Illustrés par des anecdotes piochées dans la vie quotidienne du village, Liliane présente ici ses constats, ses conclusions et propose des esquisses de solutions, en toute humilité.
Elle s'inspire de lectures traitant du même sujet ainsi que de réflexions de Thomas Mur (déjà cité dans le précédent ouvrage) qui remarque : « Dans le monde, il existe des endroits où l'on trouve moins de travail, moins de richesses, moins de logements mais pourtant... moins d'exclusion ».
L'essentiel de la tâche des travailleurs sociaux est d'amener les personnes qui vivaient dans la rue à se reconstruire puis, à tisser à nouveau des liens. Cela consiste également à les accompagner dans le nouvel apprentissage d'une vie sociale ordinaire et quotidienne C'était exactement le but de ceux qui s'étaient engagés au service des résidents du Village de l'Espoir.

 

Détails sur Les coulisses du village de l'espoir


Auteur : Liliane Gabel
Date de parution : 2008-08-01
Format : 148X210 / 170 pages
ISBN : 978-2-915640-77-9
Voir le communiqué de presse

Rupture définitive

Egalement dans Hors collection...


Cri d'un obèse
L'obésité est un symptôme multifactoriel et donc source de confusions. Oui, l'alimentation a ...
La France a vocation à accueillir

Tout écrivain, tout artiste, est engagé, et depuis quelques années j’aime à rappeler cette réalité tout simple à savoir que les poètes écrivent « de leur vivant ».

Chômologie portative, dictionnaire du cynisme social
Aucune personne sensée, en ce début du XXIe siècle, n'osera nier que le cynisme a remplacé l
Tous les livres de Hors collection

Nous vous conseillons également...


Dernière conversation

Sylvie est morte le 23 avril, en fin d’après-midi, au premier étage du pavillon Moïana, le pavillon des cancéreux que l’administration de l’hôpital Saint-Antoine a caché tout au fond de l’établissement, loin des regards des visiteurs.

Les parias de Damas

Je suis de l’avis de cet exilé russe opposé à Staline, qui n’a eu cesse de le combattre et qui s’est consacré à la philosophie après sa mort : le pouvoir autoritaire doit être dénoncé avant sa disparition, sinon l’intellectuel engagé participe par son silence à sa reproduction sous une autre forme.

Une guerre contre les femmes
On parle de guerres qui tuent des millions de gens, de catastrophes naturelles qui anéantissent des...