La France a vocation à accueillir

Tout écrivain, tout artiste, est engagé, et depuis quelques années j’aime à rappeler cette réalité tout simple à savoir que les poètes écrivent « de leur vivant ». On a tant fait pour éloigner de cette évidence que l’on n’a qu’une vision figée de la poésie : soit le respect dû aux morts, soit les Prix – qui en France ne sont abondamment médiatisés que pour le domaine du roman.

Si donc tout artiste est engagé dans tout ses écrits, car situé ici et maintenant dans le monde, il y a des formes d’engagements qui sont  précisément en lien avec champ social proprement dit.  Ainsi je me suis insurgé depuis longtemps envers la situation faite aux Sans-papiers et indigné par la xénophobie d’Etat. Ces textes témoignent de ces questions.

Oui nous avons vocation à accueillir car la plus grande partie des raisons de cette fuite vers l’Europe a sa source dans l’état du monde créé par l’Occident, par une Europe de conquête.

Sois le bienvenu étranger
Dans notre immense zone d’attente.
Nous avons tout préparé
Nous t’attendons
Tu es notre avenir.

(Jean Foucault)

 

Détails sur La France a vocation à accueillir


Auteur : Jean Foucault
Date de parution : 2012-04-23
Format : 148X210 / 136 pages
ISBN : 978235930682

En stock
Prix : 15 €

Ajouter au panier

Egalement dans Hors collection...


Ce que femmes veut
Portraits de deux femmes de 40 années de différence. Deux portraits de femmes syndicaliste, milita...
Mourir dans son jardin
Neuropsychiatre, psychanalyste, mais aussi anthropologue, le Docteur GUILHOT s'est efforcé dans s...
Abidine Dino - Ou la main qui s'envolait
Tous les livres de Hors collection

Nous vous conseillons également...


Crèche en lutte - CGT Petite Enfance
Au printemps 2006, un important mouvement revendicatif éclate dans les établissements municipaux d...
L’Euthanasie - Un débat volontairement étouffé !

« J’ai toujours rêvé de mourir en m’endormant, comme une tortue qui hiberne » !

 

33 méthodes pour éviter la mort

Il y a trois attitudes possibles face à la mort.

D’abord faire le malin, dans le style : quand on est mort, on n’est plus embêté par la radio du voisin, on n’a plus d’impôt à payer, et autres bêtises de ce genre.