Révolte, amertume, rebond. Politique ou spectacle ?

Le Front de Gauche est la face positive, la force joyeuse de l’Histoire. Rien ne l’arrêtera. La roue de l’Histoire s’est remise à tourner.


Si J-L M ne préside pas demain à la constitution d’une VIème République, les faits s’en chargeront. D’autant que le peuple a désormais un but, son émancipation. La droite néolibérale, en raison de sa pratique du mensonge, se trouve dans un tel état qu’elle ne pourra assumer le pouvoir plus longtemps. Et Sarkozy, après avoir cru mettre à genoux le Front National, puis le Centre et enfin le PS, voit se dresser une opposition de gauche aux couleurs retrouvées.


Un danger néanmoins nous menace : la rage des Guéant, des Le Pen et autres ultra devant la renaissance d’une gauche de combat  résolue à ne plus se laisser écraser.

Sous l’humour de cet essai-pamphlet, vous découvrirez les enjeux politiques et sociétaux, psychologiques et spirituels de la confrontation des idées qui vont changer le monde. Lequel changement nous conduira de l’actuelle société marchande à une forme d’organisation qu’il nous reste à élaborer.

 

Détails sur Révolte, amertume, rebond. Politique ou spectacle ?


Auteur : Michel Cornillon
Date de parution : 2012-02-23
Format : 148X210 / 126 pages
ISBN : 978-2-35930-053-6
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 11.9 €

Ajouter au panier

Egalement dans Collection - Mise au point - (Essais)...


1954-1962 La guerre d'Algérie - Portraits croisés
Nos ancêtres les Sans-culottes
Sarkozy, la grande manipulation
Mais bon sang ! Comment a-t-on pu en arriver là ? Nicolas Sarkozy a bâti toute son ascension, du m...
Tous les livres de Collection - Mise au point - (Essais)

Nous vous conseillons également...


L'audacieuse aventure de Relais-Jeunes
Pourquoi j'ai cessé d'être islamiste
J'aime pas les riches

Depuis au moins trois décennies, depuis que les financiers ont remplacé les investisseurs, depuis que le business a remplacé la politique, avec la fin des Trente Glorieuses, et les grands tournants libéraux qui ont rendu de plus en plus difficiles la vie des classes laborieuses, une seule catégorie s'en est plutôt bien sortie: celle des riches.