Abidine Dino - Ou la main qui s'envolait

1° de couv Abidine L'Anselme.jpgAbidine Dino, né en 1913 à Istanbul et exposa ses premiers dessins dès 1931.

Il fit des études à Paris et à Leningrad où il rencontra Meyerhold et Eisenstein. Artiste immense du 20e siècle, Il s’installa à Paris en 1952, fréquenta Aragon, Soupault, Tzara, Prévert, Cocteau, Malraux et Gertrude Stein...

Il eut une grande influence sur Yasar kemal et une indéfectible amitié pour le poète Nâzim Hikmet, Abidine fut un ambassadeur inlassable de la culture turque.

Ces expositions dans toutes les capitales européennes, en Turquie même aujourd’hui, témoignent de l’actualité du peintre, de sa renommée.


On mesure, dans cet essai de biographie, la part qu’il prit et prend dans l’expression artistique, lui qui ne céda jamais à l’idéologie.

Il se réfugia dans la création toujours en prise sur la réalité de son époque pour livrer un témoignage marqué d’utopie et d’espoir.

Abidine est mort en 1993 mais il nous lègue l’épopée de sa vie sous la plume de Jean-Pierre Deléage avec la complicité de Guzine Dino : des mains, des couleurs fertiles, un œil malicieux tout empreint d’humanisme.

 

Détails sur Abidine Dino - Ou la main qui s'envolait


Auteur : Jean-Pierre Déléage
Date de parution : 2011-12-10
Format : 148X210 / 192 pages
ISBN : 978-2-35930-38-3
Voir le communiqué de presse

En stock
Prix : 20 €

Ajouter au panier

Egalement dans Hors collection...


La France a vocation à accueillir

Tout écrivain, tout artiste, est engagé, et depuis quelques années j’aime à rappeler cette réalité tout simple à savoir que les poètes écrivent « de leur vivant ».

(G) rêve de femmes
40 ans déjà ! Alors que certains souhaitent en finir avec l'héritage de 1968, d'autres s'ap...
L'audacieuse aventure de Relais-Jeunes
Tous les livres de Hors collection

Nous vous conseillons également...


T'es con ou quoi ?

“Les roux puent”, “les artistes sont tous drogués“, “les fonctionnaires ne foutent rien”, “les chômeurs sont des flemmards”, etc, etc...

Les parias de Damas

Je suis de l’avis de cet exilé russe opposé à Staline, qui n’a eu cesse de le combattre et qui s’est consacré à la philosophie après sa mort : le pouvoir autoritaire doit être dénoncé avant sa disparition, sinon l’intellectuel engagé participe par son silence à sa reproduction sous une autre forme.

Comment se défendre de son propre avocat : Dix conseils (presque) gratuits (pour une fois !)

Combien d'entre vous ont été doublement victime d'arnaqueurs, de vendeurs sans scrupules, de personnes de mauvaise foi en renonçant à faire valoir ses droits plus par peur d'avoir à quoi faire avec la justice et ses hommes de loi que par crainte de l'adversaire ?